La carte des pentes

Mise à jour 2 janvier 2019

Les skieurs de randonnée et les alpinistes le savent bien, les avalanches ont lieu le plus souvent dans les pentes dont l’inclinaison se situe entre 30 à 45°.  Que ce soit durant la phase de préparation de la course ou bien sur le terrain au fur et à mesure de la progression, il est primordial de savoir évaluer l’inclinaison des pentes dans lesquelles on évolue mais aussi celles qui nous surplombent.

Dans cet article, nous ne parlerons pas des moyens qui permettent d’évaluer l’inclinaison de la pente sur laquelle on se trouve ( technique des bâtons, appli smartphone, inclinomètre sur le bâton, etc..) car c’est déjà trop tard, mais au contraire comment prévoir cette inclinaison, à l’avance, en consultant les cartes papier ou numérique.

La géométrie ça te parle encore ?

Estimer précisément l’inclinaison d’une pente à partir d’une carte n’est pas chose facile. Il faut mesurer, sur la carte, la distance entre deux points, obtenir la distance réelle sur le terrain (dist) en fonction de l’échelle, évaluer le dénivelé (deniv) à partir des courbes de niveau et ensuite faire un savant calcul ( arctan(deniv / dist ) *180 /π ) pour obtenir la pente moyenne en degrés.  Ouf ! 

Estimation de la pente supérieure du col du Tour : 0,35 cm carte donc 90 m. terrain. 40 m. de dénivelé. La formule nous donne donc
arctan (40 / 90) *180 /π = 24°.

La réglette magique

Pour se simplifier un peu la vie, on peut bien sûr utiliser un réglette de mesure des pentes comme celle qu’on trouve en vente sur le site de l’ANENA par exemple.

Réglette de mesure des pentes (photo site ANENA)

Même si, en refuge, les après midi et les soirées sont longues, il va être long et fastidieux de mesurer l’inclinaison de toutes les pentes qu’on risque d’emprunter dans la sortie du lendemain mais également celles qui vont être au dessus de nos têtes au fur et à mesure de la progression. De plus, ce travail est quasiment impossible à faire sur le terrain en cas de changement de programme par exemple.

Estimation de la pente supérieure du Col du tour en utilisant la plaquette incluse dans l’indispensable ouvrage « Avalanches – Comment réduire le risque » de P. Descamps et O. Moret aux éditions Guérin – Paulsen.

Les cartes spécifiques

Il existe peu de cartes papier qui codifient les pentes avec une échelle de couleur. Depuis une bonne décennie, la petite société suisse Freeride Map commercialise des cartes topo des principaux spots de freeride européens. Sur ces cartes, même si l’inclinaison des pentes ne figure pas réellement, des zones de couleur (bleu : peu pentu et terrain facile, rouge : très raide ou dangereux à cause de barres rocheuses) permettent de différencier les zones débonnaires des zones dangereuses. Ces cartes sont principalement destinées au freeriders et ne donnent que des indications générales.

A gauche la carte papier freeride map, à droite une photo coloriée du terrain (source : freeride-map.com )

Mesurer la pente avec 2 doigts

Certaines applications de cartographie pour mobile permettent de mesurer facilement l’inclinaison d’une pente, c’est le cas de l’application bien connue Iphigénie

Il suffit pour cela de placer deux doigts sur l’écran, les caractéristiques (inclinaison en degrés, distance, orientation, etc..) de la pente délimitée par les deux doigts s’affichent alors dans une bulle. Il est bien évidemment possible de bouger les 2 repères pour rallonger ou diminuer la distance. Un outil bien pratique et simple d’utilisation.

Mesure des pentes avec Iphigénie
mesure de la pente moyenne de la NE des Courtes à l’aide d’Iphigénie

Cartes des pentes en ligne et sur smartphone


Après l’hiver meurtrier 2014/2015, au cours duquel 45 personnes avaient trouvé la mort dans des avalanches, et sous l’impulsion de la Fondation Petzl et de plusieurs fédérations de pratiquants, syndicats de professionnels de la montagne, les ingénieurs de l’IGN se mettent au travail pour trouver une représentation claire des pentes sur les cartes en ligne, car la pente est un élément très important à prendre en compte dans le choix d’un itinéraire..

En novembre 2016, le site Géoportail de l’IGN met en ligne, une carte des pentes, construite de façon automatique à partir des altitudes de chacun des points issus de sa base de données. Sur un fond de carte noir et blanc, afin de ne pas perturber la lecture, la carte utilise un code à 4 couleurs, de jaune (30°) à violet(45° ou plus), en fonction de l’inclinaison de la pente. Cela concerne toutes les pentes supérieure à 25 mètres de longueur.

carte des pentes géoportail
Copie d’écran site Géoportail

Depuis la même année, l’application de carto mobile Iphigénie propose dans sa liste de cartes d’avant plan d’afficher la carte des pentes de Géoportail. Mixée, comme on peut le faire avec le curseur de gestion des cartes, avec la carte topo IGN, cette couche est devenue tellement indispensable qu’on se demande même comment on faisait avant !

Copie d’écran Iphigénie.
50% carte topo IGN / 50% carte des pentes

Nos voisins helvètes proposent également une carte des pentes sur la carte en ligne de l’office fédéral (il suffit de choisir la couche « classes de pentes de plus de 30° ». On retrouve cette couche également sur l’appli Suisse Mobile. Pour l’Autriche, le site whiterisk.ch donne un accès à la carte des pentes.

Cette couche est également accessible sur d’autres applications mobile comme AlpineQuest, Sitytrail, d’une façon générale toutes les applis qui ont accès aux cartes de Géoportail.

Carte suisse des pentes de plus de 30°
Carte suisse des pentes de plus de 30°

Il y a sans doute d’autres cartes en ligne qui permettent de visualiser les pentes supérieures à 30°, si vous en connaissez n’hésitez pas à poster un commentaire au bas de cet article.

Les codes couleur des cartes de pentes

Il n’y a pas que la pente…

Même si la possibilité d’afficher les pentes sur les cartes en ligne ou embarquées est un progrès considérable pour le skieur de randonnée, le freerider ou l’alpiniste, il ne faut pas oublier que la pente n’est pas le seul facteur de déclenchement d’une avalanche, l’espacement entre les pratiquants,  le respect des horaires, la présence de couches fragiles enfouies dans le manteau, etc. sont autant d’éléments à prendre en compte pour la sécurité du groupe.

11 commentaires pour “La carte des pentes

  1. La pente reste le principal facteur observable de déclenchement d’une avalanche. La couche fragile est un ingrédient certes nécessaire mais généralement pas ou difficilement détectable, a fortiori sur une pente entière.

    Sinon, il existe une réglette de mesure de pente à fabriquer soi-même : https://www.camptocamp.org/articles/473202/fr/reglette-de-calcul-de-pente

    Et si on a rien (il faut quand même une petite règle, comme celle de la boussole), on peut utiliser la recette simple décrite dans l’article : http://gblanc.fr/spip.php?article11&lang=fr

  2. Bonjour
    Sur votre printscreen de la carte suisse à plus de 30 %, vous avez plusieurs couleurs. Je n arrive qu à avoir du rouge mais pas plus de detail. Comment faites vous ?
    cordialement
    Thibaud Rebour

    1. Bonjour,
      Attention, on parle en degré et pas en pourcentage.
      En fait sur https://map.geo.admin.ch , il y a 2 modes d’affichage des pentes qui sont accessibles par 2 cases à cocher :
      – pente de plus de 30° : Toutes les pentes de plus de 30° sont en rose. Ce modèle est un peu réducteur.
      – classes de pente de plus de 30° : On voit alors apparaître la palette des 4 couleurs en fonction du degré de pentes. Ce modèle est beaucoup plus utile pour la préparation d’une course
      Thierry

    1. Bonjour Daniel,
      Je n’ai rien vu qui permettait d’avoir la carte des pentes de geoportail avec viewranger mais le mieux est peut être de les contacter directement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *